Aujourd’hui la Bonne Nouvelle s’accomplit

Par Guy AURENCHE

L’aujourd’hui du texte de Luc, lu à la prière : c'est aujourd’hui que la bonne nouvelle s'accomplit. Exposé en cinq points.

1.     Le plaidoyer

Dimension publique et politique. C'est une action de la société civile qui avec des dénonciations tentent d'obtenir des pouvoirs publics des décisions. C'est la société civile qui dénonce. Le plaidoyer se passe en quatre étapes:

  1. Premièrement, la connaissance du terrain qui implique le partenariat.
  2. Deuxièmement, le partenariat avec les gens du terrain. Sans cela, le plaidoyer devient impérialiste. Pas de connaissance du terrain sans partenariat.
  3. 3ième: l’analyse des causes des injustices qui font système. Le travail des chercheurs est souvent mal compris des donateurs. Tenir compte des coutumes, de la culture : capital immatériel.
  4. Quatrièmement, proposition de solutions à inventer. Créer des rapports de forces politiques. Jouer sur l'opinion publique. Le plaidoyer entraîne des dangers pour les défenseurs/résistants. Il faut les défendre par la prière mais aussi par des actions.

Comment puis-je contribuer, comme congrégation, à pacifier cette relation foi-politique?

2.     Cette action s'appuie sur les droits humains

Ce sont des textes juridiques nationaux, régionaux, mondiaux qui donnent des références communes : c'est notre seule base. Il faut poser les bonnes questions sur les pratiques diverses à partir des textes signés par les états : leur crédibilité est engagée par le respect ou non de leur signature. Cela permet de faire des alliances avec des gens très différents. La dynamique des droits humains comporte 4 points:

  1. La dignité de la personne : la déclaration de 1948 est un acte de foi dans la dignité de la personne.
  2. L'homme a donc des droits et des devoirs.
  3. Comment vais-je contribuer à ce que ces personnes aient accès à leurs droits?
  4. Sous le regard des autres. Quand un état promulgue une loi, les citoyens peuvent demander des comptes : droit d'interpellation.

3.     Troisièmement le projet NASANA (Nouvelle Alliance pour la Sécurité Alimentaire et la Nutrition en Afrique).

Projet présenté en 2012 par le G8 : tout le pouvoir revient aux entreprises, plus les subventions ; aucune participation des intéressés ; logique d’entreprise financière. En 2015, évaluation très critique du parlement européen. Début février 2018, la France s’est retirée de cette instance. Erreur de confier la sécurité alimentaire à l’agro-industrie : cela ne marche pas. L'agriculture alimentaire a échoué. Il faut des entreprises familiales plus fortes qui nourrissent 70% de la population mondiale. Où mettre notre argent ?

4.     Quatrièmement la société civile

C'est l'ensemble des organisations qui se distinguent de l'État et du marché. Elle est a-politique et à but non lucratif et recherche l’intérêt général : elle représente un capital immatériel, la culture, la spiritualité. Quelle est la part que l'église prend dedans? Le message de la société civile doit être audible des pouvoirs publics. Elle peut aussi être accusée de mauvaises fréquentations…

5.      Le partenariat

On a le choix : comment choisir?

Premièrement repérer les acteurs importants, ceux qui font changer les choses.

Exigence dans la connaissance mutuelle et les choix respectifs : accepter que nous sommes un service d'église.

Accepter les règles du partenaire, dans les deux sens : interpellation mutuelle. Audition du travail..., relevé de comptes..., évaluation…

Pas seulement bienveillance, mais aussi intelligence et connivence.

6.     Questions et Réponses

Q/ En ce moment des États généraux des migrations, comment faire un plaidoyer intelligent?

R/ Le problème de la migration est difficile. Je n'ai pas de solution mais je suis insatisfait pas la nouvelle loi en France. Il n'y a que 42.000 statuts donnés comme immigrés. Nous sommes quand même plus de 60 millions. Ce n’est qu’une infime partie. Nous ne sommes pas envahis. Les partis qui travaillent avec la peur ne cherchent que le pouvoir. La discussion doit se situer au niveau de la dignité humaine. L’UE s’unit pour déclarer la guerre économique face aux décisions de Trump sur l’acier et l’aluminium, mais est incapable de déclarer la guerre à la pauvreté et à la famine et d’accueillir 100.000 personnes. Ne pas se laisser obnubiler par ce qui ne va pas. Comment rendre grâce dans nos prières universelles, célébrer toutes les belles actions réalisées par tant de gens ? pour tous ces beaux gestes ?...

Q/ Des gens disent que les droits humains ne sont pas universels?

R/ se demander d’abord qui sont ces gens ? Ce sont les dictateurs. Ceux qui plaident le repli. Cependant, il est vrai que la formulation est marquée par les pays du Nord. Comment est-ce que chacun aura le droit au chapitre ? L'excision est inhumaine oui, mais les EHPAD dans les pays du Nord ne sont-ils pas inhumains aussi ? Ouvrons le débat laissons-nous interpeller. Il y a une tension vers un idéal à atteindre dans un débat commun. Aujourd'hui on parle d’écocide : des actes contre l’environnement pourraient être déclarés crimes contre la nature.

R/ En tant que religieux nous sommes présents sur toute la France. Nous pouvons prendre contact avec nos députés. Un contact personnel est plus important qu'une lettre. Si les 400 députés prennent conscience de ses difficultés c'est déjà bien. Les états généraux de l'immigration sont très ouverts.

R/ Il y a un lien direct entre accaparement des terres et migration.

 

Posted in Non classé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *