La déclaration d’Oxford appelle à agir globalement en faveur de la qualité des médicaments

Publié à l'origine par IDDO

La Déclaration d'Oxford, un appel à l'action en faveur d’un meilleur accès mondial aux produits médicaux de qualité garantie, publiée en novembre 2019 dans The Lancet Global Health, a été signée par159 représentants de gouvernements, d'organismes multilatéraux, des milieux universitaires et de la société civile, participant à la Conférence d'Oxford 2018 sur la qualité des médicaments et la santé publique.

La Déclaration souligne que les produits médicaux falsifiés et de mauvaise qualité (médicaments, vaccins, produits biologiques et diagnostiques) représentent une menace sérieuse et croissante pour la santé humaine.

Les produits médicaux de qualité inférieure résultent d’erreurs, d’activités de corruption, de négligence ou de mauvaises pratiques de fabrication, d’approvisionnement, de réglementation, de stockage ou de transport. En revanche, les produits falsifiés sont le résultat de fraudes criminelles. Bien qu'ils aient été échangés depuis des siècles, le problème s'est aggravé au cours des dernières décennies en raison de la complexité croissante du marché mondiale des produits pharmaceutiques et de la vente sur internet.

L’auteur de la Déclaration d'Oxford, le professeur Paul Newton , qui dirige le service sur la qualité des médicaments à IDDO, a déclaré : « Les médicaments de mauvaise qualité font reculer les progrès réalisés contre la maladie — de l’endiguement de la résistance aux antipaludiques à la réduction du fardeau du paludisme. Mais ce n’est que la partie émergée de l’iceberg. Il est essentiel de disposer de plus de ressources et de meilleures données pour orienter la prévention, la détection et les interventions.

Peu de recherches ont été faites à ce jour et les données existantes dans ce domaine sont limitées, avec de nombreuses lacunes. Il est donc nécessaire d’améliorer la qualité, la collecte et le partage des données. La Déclaration d'Oxford souligne le besoin urgent de renforcer la recherche pluridisciplinaire pour constituer une base factuelle à l'échelle mondiale et utiliser ces données pour orienter les interventions et les politiques de manière à ce que toutes et tous aient accès à de bons produits médicaux. »

Les auteurs soutenant l'initiative sont issus d'un vaste éventail de secteurs et d’organisations — aux côtés d'IDDO, du Réseau de santé tropicale MORU et de la United States Pharmacopeia (USP) — notamment : Wellcome Trust, Save the Children, Marie Stopes International, London School of Hygiene & Tropical Medicine, Ministère de la santé publique du Cameroun, Association mongole des professionnels de la pharmacie, Agence nationale Food & Drug Administration & Control du Nigéria, Ministère de la santé de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, l'Université d'Addis Abeba, l'Université du Malawi, Katmandou Medical College et l'Université de Notre Dame.

En septembre 2018, la première conférence internationale sur la qualité des médicaments et la santé publique a eu lieu à l'Université d'Oxford, au Royaume-Uni : l’occasion de discuter des solutions possibles pour que toutes et tous aient accès à des médicaments abordables et de qualité garantie. Les délégués ont mis sur pied la déclaration d’Oxford, appelant à plus d’investissements, à des changements de politique et à des mesures concrètes pour se débarrasser des produits médicaux falsifiés et de mauvaise qualité. La déclaration est née de discussions entre gouvernements, organismes nationaux et internationaux, organisations non gouvernementales, associations professionnelles et institutions universitaires qui, ensemble, ont examiné les données les plus récentes sur l'épidémiologie et les conséquences sur la santé publique des produits médicaux de qualité inférieure et falsifiés.

Les médicaments falsifiés et de mauvaise qualité mettent en danger des millions de personnes en les exposant à d'autres problèmes de santé, sans parler des cas où ils sont mortels. L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) estime que 1 à 10 produits médicaux en circulation dans les pays à revenu faible ou moyen sont de qualité inférieure ou sont falsifiés. La Déclaration d’Oxford vise à sensibiliser et à encourager les investissements, la recherche et le passage à l'action pour s’attaquer à ce problème mondial.

L’équipe Qualité des médicaments, dirigée par le professeur Paul Newton, fait partie de l'Observatoire des maladies infectieuses (IDDO) et de l'Unité de recherche Oxford Mahidol Tropical Medicine (MORU), tous deux basés au Centre pour la médecine tropicale et la santé mondiale  à l'Université d'Oxford.

Vous pouvez descendre la Déclaration d'Oxford pour la qualité des médicaments ici. 

Posted in Non classé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *