L’exploitation minière en Afrique, un objet de convoitise

L’exploitation minière en Afrique, un objet de convoitise

Parmi toutes les ressources naturelles que possède l’Afrique, les minéraux sont les plus convoités par les pays développés, y compris l’Union européenne (UE). En fait, en 2017, la Commission européenne a publié une communication[1] mettant à jour la liste de certains minéraux qui sont essentiels au maintien de la croissance économique en Europe. Le nombre de matières premières critiques a augmenté au fil des ans et l’UE a réécrit la liste de ces minéraux au cours des dix dernières années. Les critères pour considérer les minéraux comme critiques sont l’importance économique et la rareté. Ces minéraux comprennent les terres rares, le magnésium, le tungstène, l’antimoine, le gallium et le germanium.

La communication de l’Union européenne, y compris la liste des matières premières critiques, s’inscrit dans le cadre de l’initiative sur les matières premières de 2008, dans laquelle l’UE a établi une stratégie d’accès qui sont essentiels pour l’industrie et l’emploi[2].

L’Europe a besoin de l’Afrique et de ses minéraux, mais l’Afrique a aussi besoin de l’Europe comme investisseur pour son développement économique. Cette relation entre l’Afrique et l’Union européenne est établie dans l’Accord de Cotonou, qui repose sur trois piliers de négociation : Coopération au développement, Coopération politique et Coopération économique et commerciale. Cet accord est en cours de renouvellement sans qu’aucun accord n’ait été trouvé jusqu’à présent, malgré la nouvelle rhétorique (égaux, voisins, partenaires) des anciens concepts (APE, contrôle des migrations et matières premières critiques) employés par la nouvelle présidente élue de la Commission européenne, Ursula Von der Leyen[3].

La difficulté d’accès aux minéraux dans l’UE a une triple cause. Tout d’abord, de nombreux minéraux trouvés en Afrique ne se trouvent pas en Europe.  Garantir l’accès à ces ressources naturelles est donc crucial pour une UE qui dépend des importations de ces minéraux. Ces minéraux convoités sont essentiels au développement de secteurs tels que la construction, la chimie, l’automobile, l’aérospatiale, les machines et équipements. La deuxième cause réside dans la compétitivité du marché des minéraux lui-même. Les coûts d’extraction, les faibles taxes et le prix du travail font de l’Afrique un endroit attrayant pour les sociétés minières. Ils exploitent le sous-sol du continent à bas prix, transportent des minerais destinés à la transformation dans des pays tiers et profitent de la chaîne d’approvisionnement pour installer leur siège social dans des paradis fiscaux. En outre, les redevances versées par les sociétés minières aux gouvernements africains ne dépassent guère 10 % au mieux, comme le prévoit le nouveau code minier de la République démocratique du Congo.[4][5]

La troisième cause de l’extraction des minéraux en dehors de l’UE est la réglementation environnementale stricte qui existe en Europe. Alors qu’en Afrique, il existe une certaine passivité face aux crimes contre l’environnement, en Europe, ils font l’objet de poursuites judiciaires sévères. C’est pourquoi les sociétés minières utilisent des pays où les normes de protection de l’environnement sont moins strictes pour traiter les minéraux. Ces causes rendent l’exploitation minière rentable malgré les coûts de transport tout au long de la chaîne de production.

L’exploitation minière est une source importante de revenus pour les pays du continent africain. Toutefois, l’Afrique ne tire pas profit du potentiel de ces minéraux en tant que moteur du développement économique, malgré l’importance de ces minéraux dans le développement technologique au niveau mondial. La plupart des minéraux extraits du sous-sol du continent africain sont exportés immédiatement hors de leurs frontières pour être transformés dans des pays tels que la Chine comme étape intermédiaire dans la chaîne de production. C’est peut-être la raison pour laquelle le développement technologique et commercial de l’Afrique est considéré comme une menace pour les pays développés, car il augmenterait la valeur économique de ces minéraux s’ils étaient transformés dans les premières étapes de la chaîne d’approvisionnement et deviendraient alors plus chers pour l’Europe.

La dépendance à l’égard des minéraux est devenue une double menace pour l’Afrique, mais aussi pour l’Europe. De nombreux pays d’Afrique sont économiquement dépendants des bénéfices de ces extractions minières, ainsi que du pétrole, comme c’est le cas au Nigeria. Les crises des matières premières affectent directement le bien-être économique des pays qui ne disposent pas des investissements nécessaires à une première transformation. En outre, la dépendance à l’égard de ressources naturelles critiques s’étend à l’Europe, qui doit assurer l’importation de ces minéraux à un prix raisonnable. En outre, la dépendance de l’Europe s’est accrue sous la pression du changement climatique qui oblige l’UE à accéder aux minéraux qui permettent la transition vers une économie à faible intensité de carbone[6].

Conclusion

Premièrement, l’UE en tant qu’importatrice et les pays africains en tant qu’exportateurs de minéraux et d’autres matières premières doivent modifier leur modèle de production par le biais des énergies renouvelables et en encourageant l’utilisation des minéraux qui sont moins polluants et qui rendent les modèles de développement économique plus durables.

Deuxièmement, les pays exportateurs de minerais du continent africain devraient revoir leurs codes miniers pour contrôler leurs ressources naturelles et s’assurer que les bénéfices de ces minéraux reviennent à leurs populations.

Troisièmement, la responsabilité de la lutte contre le changement climatique incombe à l’Europe et à l’Afrique. Tous deux devraient être plus exigeants dans leur législation, tout en respectant les engagements environnementaux, en particulier les accords conclus avec la COP 21[7].

Mais plus important que tout ce qui précède est notre engagement personnel, les utilisateurs des biens et technologies produits avec ces minéraux. Il ne suffit pas de recycler dans notre vie quotidienne, mais nous avons la responsabilité en tant que consommateurs : investir dans des biens et services respectueux de l’environnement et des droits de l’homme et rejeter les marques qui, aussi prestigieuses soient-elles, génèrent des injustices.

José Luis Gutiérrez Aranda

AEFJN Policy Officer

[1] Communication from the Commission to the European Parliament, the Council, the European Economic and Social Committee and the Committee of the Regions on the 2017 list of Critical Raw Materials for the EU

[2] Communication from the Commission to the European Parliament and the Council. The raw materials initiative — meeting our critical needs for growth and jobs in Europe https://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=COM:2008:0699:FIN:EN:PDF

[3] No reset on EU-Africa relations under Von der Leyen https://www.euractiv.com/section/africa/news/no-reset-on-eu-africa-relations-under-von-der-leyen/

[4] Il en existe trois grandes catégories : (i) la redevance de production/unité ; (ii) la redevance fondée sur le profit ; et (iii) la redevance ad valorem/vente. Les taux de redevance dans le secteur minier africain :https://cutt.ly/Fw02efL

[5] Mineral and Petroleum Resources Royalty https://www.sars.gov.za/TaxTypes/MPRR/Pages/default.aspx

[6] Towards a climate-neutral economy by 2050, https://ec.europa.eu/growth/industry/sustainability/climate-neutral-economy_en

[7] Paris Agreement (COP 21) https://unfccc.int/sites/default/files/english_paris_agreement.pdf

Posted in Non classé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *